Prisons : et les droits humains ?

6/06/2012 1 commentaire

500 000 personnes seraient emprisonnées actuellement au Brésil. Le pays aurait ainsi la 4ème population carcérale au monde, derrière les États-Unis (2,2 millions de prisonniers), la Chine (1,6 millions) et la Russie (740 000). L’ONU vient de pointer du doigt les conditions d’incarcération au Brésil : celles-ci contreviendraient aux droits humains les plus fondamentaux. Détails…

 

Manque de place…

Selon les dernières informations disponibles, le Brésil aurait un nombre de détenus supérieur de 66% à sa capacité d’emprisonnement (données du Département Pénitentiaire National, 2010). Conséquence : les prisonniers sont entassés dans les cellules. Et même si la loi brésilienne prévoit qu’une prison d’une unité carcérale doit mesurer au minimum 6 mètres carrés, il arrive que certains détenus ne disposent que de 70 centimètres carrés, ou que certaines cellules soient parfois occupées par trois fois leur capacité. Ce contexte de surpopulation, au delà de son inconstitutionnalité, aurait également des conséquences graves sur la santé des détenus.

Quant aux conditions d’incarcération, elles sont très éprouvantes : il fait trop chaud dans les prisons en été, trop froid en hiver, les détenus n’ont pas d’intimité, et ne peuvent parfois dormir simultanément, faute d’espace.

Et comme personne n’avait prévu autant de monde, le nécessaire pour s’habiller, se laver ou se soigner ferait l’objet de rationnement.

 

Violence…

Les problèmes relatifs aux droits humains dans les prisons brésiliennes ne sont pas liés qu’au manque de place. Ils sont également le fait d’agressions physiques, allant jusqu’à la torture des prisonniers, aussi bien par leurs compagnons de cellule, que par le personnel pénitentiaire. Point de chiffre sur ce sujet, la tendance est à l’opacité.

 

Les recommandations de l’ONU au Brésil…

Dans le cadre des recommandations remises au Brésil par l’ONU le mois dernier, il lui a été demandé « d’améliorer les conditions des prisons et de s’occuper du problème de la surpopulation ».

Une autre recommandation a préconisé la mise à disposition permanente de défenseurs publics dans toutes les prisons du pays. Leur fonction serait notamment de diminuer les abus de droits humains dont sont victimes les prisonniers. Leur autre rôle serait d’offrir une assistance juridique pour que les détenus ne restent pas emprisonnés après avoir purgé leur peine, ou aient un accès plus rapide au système de progression pénitentiaire (régime semi ouvert ou liberté assistée), permettant par là même de réduire la surpopulation.

 

 

Pour vous faire une idée de la situation, nous vous proposons de visualiser le reportage “Le cri des prisons” :


 

 

Référence :

BBC

 

A lire aussi sur Les BRASILEIROS : Remises de peines : après les livres, le vélo !

 

 

 

 

 

Mots-clés : , , TENDANCES
Un commentaire to “Prisons : et les droits humains ?”
  1. Moisés says:

    Je m’en fous des prisonniers, je pense à leur victime.

Laisser un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)