Sport : c’est pas leur truc

4/10/2011 Aucun commentaire

Le Brésil serait-il un pays de paresseux ? Une étude* inédite vient en effet de révéler que 62% des brésiliens de plus de 16 ans ne pratiqueraient aucune activité physique. Dans le détail, cette sédentarité concernerait 51% des hommes et 72% des femmes. Si les brésiliens auraient tendance à être plus actifs que les habitants d’autres pays d’Amérique Latine, d’Afrique ou d’Asie, ils le seraient bien moins que les européens, les japonais ou les américains. Pourtant, longtemps considérée comme un simple loisir au Brésil, la pratique du sport est aujourd’hui principalement motivée par la santé et l’esthétisme. Des chiffres à analyser au regard du sexe, de l’âge, de la classe sociale d’appartenance et des spécificités culturelles des régions de domiciliation…

 

Quel est le “profil-type” du sportif brésilien ?

Le sport est pratiqué par 66% des hommes et 35% des femmes âgés de 16 à 24 ans.

La “classe A” se révèle être la plus sportive avec 55% des hommes et 34% de femmes.

Les sportifs seraient donc majoritairement des hommes, jeunes…et riches.

 

L’importance des facteurs sociaux, économiques et culturels

  • L’absence des femmes sur le terrain sportif s’explique pour beaucoup par leur difficulté à trouver du temps entre leur travail et la gestion du foyer.
  • La classe sociale d’appartenance est par ailleurs un facteur déterminant. Mieux informés sur les bénéfices de l’activité sportive, ayant un accès facilité aux clubs et aux académies, et passant moins de temps dans les transports, les hauts revenus réunissent davantage de conditions favorables à la pratique régulière d’un sport.
  • De la même manière, le niveau moyen de revenu d’une région et ses spécificités culturelles expliquent les différences de pratique. Recife serait la capitale de la sédentarité, alors que Porto Alegre ou Florianopolis, régions à hauts revenus, seraient celles où la population serait la plus sportive. Rio de Janeiro avec ses longues plages et ses célèbres équipes, serait la capitale du football. La ville de Brasilia, avec ses grands parcs, serait le lieu où l’on court le plus.
  • Quant aux modes pour tel ou tel sport, elles s’expliquent souvent par l’émergence de champions nationaux ou de victoires en compétition. Le champion de tennis Gustavo Kuerten a, par exemple, suscité un véritable engouement pour ce sport dans tout le pays. Autre exemple : le volley. Collectionnant les récompenses, ce sport a détrôné le basket, ce dernier n’ayant plus de champions depuis longtemps.

 

Quels sont les sports les plus pratiqués par les brésiliens ?

1°) Football

2°) Marche/Course à pied

3°) Volley

4°) Musculation

5°) Natation

6°) Lutte/Arts martiaux

7°) Cyclisme

8°) Basket

9°) Handball

10°) Skate

11°) Surf

12°) Tennis

 

* Chiffres extraits de “L’étude sur la pratique sportive des brésiliens” menée par la société Sport+Markt à partir d’un échantillon de plus de 46 000 personnes d’au moins 16 ans, vivant dans des villes de plus de 200 000 habitants, situées dans tous les états du Brésil.

 

 

Mots-clés : TENDANCES

Laisser un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)