Turma da Mônica : un business très lucratif

28/09/2012 2 commentaires

Sous le nom de “Turma da Mônica”, se cache une série de petits personnages de fiction, imaginés entre 1959 et aujourd’hui, par le dessinateur et cartooniste Maurício de Sousa. Mônica, Magali, Marina, Maria Cebolinha, Nimbus, et beaucoup d’autres, ont ainsi bercé l’enfance de plusieurs générations de brésiliens. Mais au delà de ce succès populaire, existe une marque forte et très lucrative, au point de générer 2,7 milliards de reais par an. Détails sur le business de “Turma da Mônica”

 

“Turma da Mônica” aujourd’hui au Brésil, c’est…

  • Plus de 3 000 produits dérivés des personnages.
  • La marque qui possède le plus grand nombre de licences (ces dernières représenteraient 90% des revenus de Maurício de Sousa Productions).
  • Une production éditoriale qui compte à son actif 1 milliard de publications diffusées dans 120 pays.

 

Les produits dérivés de “Turma da Mônica”…

Non seulement les produits sous licence “Turma da Mônica” sont nombreux, mais ils sont également très divers : produits d’hygiène, jouets, vêtements, produits alimentaires…Parmi les partenariats les plus importants, et les plus rémunérateurs, citons :

  • Le partenariat avec Cica qui est le plus ancien puisqu’il date des années 70. Il concerne un concentré de tomates du nom d’”Elefante” et qui porte l’image de Jotalhão, l’un des premiers personnages créés par Maurício de Sousa.
  • Le partenariat avec l’américaine Kimberly-Clark qui existe depuis plus de 15 ans et concerne, outre les couches, plus de 30 produits différents, comme les lingettes, les protecteurs solaires, les shampoings, etc. Avec les produits éditoriaux, les couches jetables sont d’ailleurs les produits les plus rentables puisqu’ils représentent plus de 40% des revenus de la société Maurício de Sousa Productions.
  • Le partenariat avec le Groupe Fischer permet à la marque de mettre son identité sur des papayes, melons, carottes et goyaves.
  • Le partenariat entre “Turma da Mônica Jovem” et la marque de cosmétiques Merheje qui donne naissance en 2008 à une ligne de produits de soin pour les ongles, ciblant le public adolescent.
  • Le partenariat avec Trol qui donne naissance à une collection de poupées à l’effigie des héros de la marque.

 

Les « flops » des parcs thématiques…

En 1993, Mauricio de Sousa Productions inaugure le “Parc de Mônica”. Situé dans un centre commercial de São Paulo, il fermera ses portes en 2010. Le même Parc fut créé Rio de Janeiro, et n’a pas vécu plus de 5 ans. Sur le sujet des parcs thématiques, la société reconnaît ne pas avoir les compétences nécessaires et préfère, pour l’avenir , se contenter d’associer son nom sous forme de licence à des espaces thématiques opérés par des partenaires.

 

Certes, le succès de “Turma de Mônica” s’explique par le talent de la  marque à établir des partenariats judicieux et pérennes. Mais il trouve avant tout son origine dans la capacité de cette dernière à avoir su parler à trois générations successives de brésiliens, tout en se renouvelant continuellement. Aussi, les projets d’avenir de “Turma da Mônica” n’étonneront personne : son objectif est désormais de conquérir de nouvelles générations « connectées », sur internet, les réseaux sociaux et les plates-formes mobiles.

 

 

 

Mots-clés : TENDANCES
2 commentaires to “Turma da Mônica : un business très lucratif”
  1. Ludimira says:

    Olá! Gostei muito da página de vocês!
    Só quero fazer uma correção sobre os principais personagens da “Turma da Mônica”.
    Na verdade os quatro principais são: Mônica, Cebolinha, Magali e Cascão.
    Os outros que vocês citaram (Marina, Maria Cebolinha, Nimbus) são personagens secundários.
    Sou brasileira e tenho priminhas que moram em Paris. Elas conhecem e amam a “Turma da Mônica”.

Laisser un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)