Programme “Brasil Carinhoso” : la main tendue vers les plus jeunes

28/06/2012 Aucun commentaire

Il y a tout juste un an, en juin 2011, Dilma Rousseff inaugurait le plan “Brasil sem miséria“. Ce dernier avait pour objectif de sortir les 16,2 millions de brésiliens, dont le revenu mensuel moyen n’excédait pas R$70, de leur situation d’extrême pauvreté. Les moyens proposés par ce plan étaient des aides financières et un accès facilité aux services publics d’éducation, de santé, d’assistance sociale, d’assainissement et d’électricité. A peine un an plus tard, un nouveau plan appelé “Brasil Carinhoso” est proposé par Dilma pour continuer le combat contre l’extrême pauvreté. En quoi consiste-t-il ?

Par Christine Charmeil

 

Le triple objectif du plan “Brasil carinhoso”

Annoncé par Dilma Rousseff le 13 mai 2012, à l’occasion de la Fête des Mères, le plan “Brasil carinhoso” est la première action spécifique contre la pauvreté de la première enfance lancée au Brésil. Mise en place conjointement par le Gouvernement Fédéral, celui des États et les municipalités, elle répond au triple objectif suivant :

  • Offrir une aide financière supplémentaire aux familles extrêmement pauvres ayant au moins un enfant âgé de 0 à 6 ans,
  • Permettre à ces mêmes familles un plus grand accès aux crèches,
  • Étendre la liste des médicaments offerts gracieusement.

 Vidéo de présentation de “Brasil Carinhoso” par Dilma Rousseff :

 

 

Une aide financière supplémentaire

L’aide financière proposée par le plan “Brasil carinhoso” consiste à compléter les versements effectués dans le cadre de la “bolsa familia” – programme institué par Lula et maintenu par Dilma – afin d’assurer un revenu minimum de R$70 pour chaque membre des familles ayant des enfants en bas âge (jusqu’à 6 ans).

  • Cette aide est versée depuis le 18 juin dernier, par l’intermédiaire de la carte de la “bolsa familia“. Elle devrait concerner 2 millions de familles.
  • Pour bénéficier de cette aide, comme des précédentes, il est nécessaire d’être immatriculé sur le cadastre unique tenu par le Ministère du Développement Social et du Combat contre la Faim. Ce cadastre est le même pour l’ensemble des programmes sociaux du Gouvernement Fédéral. Il recense les familles aux revenus bas, selon deux critères : familles avec un salaire par personne inférieur à un 1/2 salaire minimum, familles avec un salaire mensuel total s’élevant jusqu’à 3 salaires minima. Ce cadastre permet de connaitre la réalité socio-économique des familles dans le besoin (caractéristiques du domicile, accès ou non aux services publics essentiels), en rassemblant des informations sur chacun des membres la composant. Plus de 21 millions de familles sont inscrites sur ce cadastre.

 

 

Un plus grand accès aux crèches

  • 1512 places supplémentaires en crèches devraient être ouvertes.
  • Par ailleurs, pour chaque enfant recensé dans le programme “bolsa familia“, la municipalité dont il dépend recevra du Gouvernement Fédéral 50% en plus du montant déjà versé dans le cadre de la « bolsa ». Ces montants versés aux municipalités par le Gouvernement Fédéral devraient servir pour l’achat d’outils pédagogiques et de couches, ou encore pour la rénovation ou l’amélioration des crèches existantes

 

 

Davantage de médicaments offerts gracieusement

  • Depuis le 4 juin dernier, les brésiliens peuvent bénéficier gracieusement de trois médicaments soignant l’asthme sous dix formes différentes. L’asthme étant la seconde cause principale d’hospitalisation des enfants de moins de 5 ans, un usage adéquat des médicaments permettra de diminuer les complications, les hospitalisations et, peut-être, la mortalité.

La distribution gratuite de médicaments contre l’asthme s’inscrit dans le programme brésilien “La santé n’a pas de prix“. Ce programme date du mois de février 2011 et offrait, jusqu’à présent, la gratuité des médicaments contre l’hypertension et le diabète (33 millions de Brésiliens souffrent d’hypertension et 7,5 millions du diabète). Cette offre de médicaments gratuite résulte d’un accord passé entre le Ministère de la Santé et sept industries pharmaceutiques.

  • Par ailleurs, seront faites des distributions gratuites de fer et de vitamine A.
  • En ce qui concerne la distribution gratuite des médicaments, elle se fait dans le cadre des pharmacies populaires (on en compte 554, créées et gérées depuis 2004 par le Gouvernement Fédéral). Celles-ci vendent déjà, à bas prix, des médicaments aux brésiliens sujets à un traitement régulier pour soigner une maladie. Il existe également un réseau de 20 374 pharmacies privées qui proposent également des médicaments gratuits ou à prix réduits ; ce réseau s’appelle “Aqui tem remédio de graça” (“Ici il y a un médicament gratuit”).

 

 

Ces nouvelles mesures mises en oeuvre par le nouveau plan “Brasil carinhoso” semblent bien concrètes et bien utiles. L’évolution dans les prochains mois de l’extrême pauvreté au Brésil attestera de leur efficacité.

 

 

Actualisation du 29 novembre 2012 : La Présidente Dilma Rousseff vient d’annoncer aujourd’hui l’extension du programme de transfert de revenu “Brasil Carinhoso” aux enfants âgés de 7 à 15 ans. La prise en compte de cette nouvelle tranche d’âge permettra de toucher 2,9 millions d’enfants de 7 à 15 ans et la valeur moyenne du bénéfice reçu par les familles ayant des enfants entre 0 et 15 ans sera de R$235 par mois.

 

 

 

 

Mots-clés : , , , SOCIÉTÉ

Laisser un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)