Classes économiques

10/09/2011 Aucun commentaire

Développé par l’Associação Brasileira de Empresas de Pesquisa (Association brésilienne des entreprises de sondages), le Critério de Classificação Econômica Brasil (Critère de Classification Economique Brésil) ou CCEB a pour objectif d’être une référence unique pour évaluer le pouvoir d’achat des personnes et des familles. Il laisse de côté la classification de la population en terme de “classes sociales” et divise le marché exclusivement en classes économiques. Cette classification, très utilisée au Brésil dans les études de consommation, se fait sur la base des biens possédés (nombre et qualité des biens de “confort”) et le niveau d’études du chef de famille. A chaque critère correspond un nombre de points, et c’est la somme de ceux-ci qui définit la classe sociale d’appartenance.

 

Les différentes classes du CCEB sont les suivantes :

  • La classe A est celle de l’élite économique, composée des classes A1 et A2. La classe AAA est celle des millionnaires.

Selon la Fundação Getulio Vargas, les revenus mensuels moyens de la classe A seraient supérieurs à R$ 9 745 (3 831 € au 15/05/2012).

  • La classe B est la classe supérieure.

Selon la Fundação Getulio Vargas, les revenus mensuels moyens de la classe B entre R$ 7 475 et R$ 9 745 (2 939 € et 3 831 € au 15/05/2012).

Les classes A et B représentaient 12% de la population brésilienne en 2011.

  • La classe C est la classe moyenne. Elle est actuellement en pleine croissance et est la clé de voûte de la croissance économique.

La classe C représentait 55% de la population brésilienne en 2011.

Selon les estimations de la Fundação Getulio Vargas, les revenus mensuels moyens de la classe C se situeraient entre R$ 1 734 et R$ 7 475 (681 € et 2 939 € au 15/05/2012).

  • La classe D est la classe populaire.

La classes D représentait 20% de la population brésilienne.

  • La classe E enfin, réunit les plus démunis et a tendance à se réduire.

Les classes E représentait 13% de la population brésilienne.

Selon les estimations de la Fundação Getulio Vargas, les revenus mensuels moyens de la classe D et E seraient inférieurs à R$ 1 734  (681 € au 15/05/2012).

 

 

A lire également sur Les BRASILEIROS : Radiographie de la nouvelle classe moyenne

 

 


Mots-clés : , , , , POINTS DE REPERES

Laisser un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)