Bar do David : quand la cuisine abolit les frontières

18/04/2012 2 commentaires

O Bar do David est situé à Chapeu Mangueira, dans le quartier de Leme, à Rio de Janeiro. Son propriétaire, David Vieira Bispo, a grandi dans le morro quand celui-ci n’était pas encore pacifié, et toute sa famille y est installée. Si vous montez par les escaliers depuis Leme, vous passerez devant la maison édifiée par son père. Vous la repèrerez facilement : elle est dotée d’un incroyable jardin, orné d’un grand drapeau brésilien peint sur le mur de la façade. O Bar do David est un peu plus loin dans la ladeira. Portrait…Par Christine Pouget

 

De Père en Fils…

Lucio de Paula Bispo, le père de David aujourd’hui disparu, a largement contribué au développement de la communauté, tant par son activité dans la construction civile, que par son action politique. Il fut en effet l’un des fondateurs de la FAFERJ (Fédération des associations des Habitants des Favelas de l’Etat de Rio de Janeiro). Cette association joua un rôle politique important dans les années 70 et 80 pour la défense des communautés face à la dictature militaire. A travers son bar, David prend le relais, en tentant de participer, à sa manière, à l’abolition des frontières entre « asfalto » et « communauté »….

 

Quand la gastronomie se fait “politique”…

David a exercé différents métiers avant de trouver sa voie… Il a été tour à tour coursier, pour aider les habitants de la favela, employé dans la construction civile, pêcheur professionnel, maître de batterie, vendeur dans un magasin d’articles de pêche, et même « customiseur » de cannes à pêche auprès d’athlètes de haut niveau. Le manque de reconnaissance le pousse à quitter son dernier emploi et à lancer sa propre affaire dans Chapeu Mangueira. Il pense au départ créer une lanchonete, mais, confronté à la bureaucratie, il opte pour la location du local de son frère et crée O Bar do David, il y a 2 ans maintenant.

La reconnaissance qu’il cherchait par le travail, David finit par l’obtenir avec son Bar. Ayant toujours aimé cuisiner, il se lance dans la création de nouvelles saveurs et s’entoure de très bonnes cuisinières pour concrétiser ses idées culinaires. C’est un succès. Sa cuisine est  appréciée par tous : habitants de l’asfalto et touristes n’hésitent pas à grimper pour la découvrir. Et le mot passe que dans Chapeu Mangueira, on peut aujourd’hui bien manger, bien boire, dans une ambiance très détendue, et…en toute sécurité.

« Avant, les gens ne pensaient pas que l’on puisse bien manger dans une communauté, avec une belle présentation. Beaucoup pensaient que ceux qui vivaient dans la favela étaient tous des bandits. Cette idée évolue, on voit qu’ici es gens travaillent, sont dignes. La favela a aujourd’hui une image très différente. »

C’est la communauté que David représente au travers de son Bar, et c’est toute une série de préjugés sur les favelas qu’il tente par là même de faire tomber. C’est en ce sens qu’il a le sentiment de faire une « gastronomie politique ».

 

La table de David…

En semaine, O Bar do David propose surtout des plats dits « exécutifs » : filets de poisson ou de poulet – servis nature ou parmigiana – accompagnés de feijão, de riz, de farofa et d’une salade. Mais il se peut aussi que y trouviez sa feijoada « maison », normalement réservée aux fins de semaines, ou encore une dobradinha.

L’une des spécialités de la cuisine de David, c’est…la feijoada. Mais dans sa recette, point de porc ou de haricots noirs…mais des poissons, des fruits de mer (calamars, moules, crevettes, etc), et des haricots blancs. Mais, chut, il garde sa recette secrète. Pour la déguster…il faut monter.

Le week end, sa carte change : on y trouve sa fameuse feijoada de fruits de mer, mais aussi des petiscos, ou encore le « tropeiro carioca » qui lui a permis de terminer troisième au Concurso do Boteco* l’année passée.

Ce concours, c’est la fierté de David. Il a été le premier représentant d’un Bar d’une communauté à avoir été sélectionné pour y participer. Et cet événement, il l’envisage comme un véritable projet : chef de file des bars de communautés à avoir participé, il veut encourager d’autres bars comme le sien à être sélectionnés, pour effacer les frontières.

Lors de la prochaine édition, qui a commencé le 13 avril dernier, David présentera une nouveauté : sa feijoada de fruits de mer revisitée sous la forme de bolinhos de frutas do mar (croquettes de fruits de mer).

 

La définition du Bar selon David

Quand vous demandez à David quelle est la différence entre un restaurant sur l’asfalto et son bar, il répond tranquillement que : « C’est un peu comme une zone rurale dans le centre urbain : il y a des enfants qui courent, des chiens qui passent, c’est la vie…il n’y a qu’ici que cela est possible ».

Son objectif est clair : homme de défi, il entend construire une histoire, son Histoire. Il envisage d’améliorer encore les conditions d’accueil de ses clients, de développer son offre, tout en préservant les caractéristiques d’un Bar : servir des plats simples dans une ambiance très conviviale. L’idée d’ouvrir un restaurant fait-elle partie de ses projets ? « Non, parce que tout le monde peut venir dans un Bar, à la différence d’un restaurant qui exige beaucoup plus ! »

  • O Bar do David : Ladeira Ary Barroso, 66 – Loja 3 – Chapéu Mangueira – Leme – Rio de Janeiro – (21) 7808-2200. Du mardi au Dimanche: 12H à 20H.

 

 

 

* CONCURSO DE BOTECO

La vocation de ce concours est de promouvoir de bons plats à partager entre amis, à des prix accessibles. Et même si l’accueil paraît toujours informel, cela ne retire rien au professionnalisme qui est jugé lors du concours. L’objectif ? Prouver qu’il est possible de manger bien et simplement. Chaque bar est jugé sur plusieurs critères (accueil, propreté, promotion de l’événement, qualité du plat et du service), par les clients (50% de la note) et par des juges (50%) qui passent dans le mois du concours.

En 2012, le concours aura lieu simultanément, à partir du 13 avril, dans 15 villes : Belém, Belo Horizonte, Campinas, Fortaleza, Goiânia, Ipatinga, Juiz de Fora , Manaus, Montes Claros, Poços de Caldas, Ribeirão Preto, Rio de Janeiro, Salvador, São José do Rio Preto et Uberlândia. Pour la première édition à São Paulo, les dates sont différentes : du 1er juin au 1er Juillet.

Edition 2012 : 8 états, 16 villes, 374 bars. Le thème est libre dans la majeure partie des États et des villes, sauf dans le Minas Gerais où le fromage est le thème imposé, et dans la ville de Goiana où les ingrédients imposés sont le bar, le gueroba et le maïs. Bonne dégustation ! Tous les détails, ICI

 

 

 

Mots-clés : , , BON APPÉTIT !
2 commentaires to “Bar do David : quand la cuisine abolit les frontières”
  1. Agnès says:

    Adorei ! Parabens Christine. Belle écriture, si je ne connaissais pas déjà, je m’y précipiterai !

  2. noucka says:

    J’ai adoré, et en plus c’est sympa convivial bon (je connais le cassoulet aux fruits de mer, un délice). Un incontournable si vous allez à Rio vous ne serez pas déçus.

Laisser un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)