Bijoux : Marzio Fiorini, “L’Homme-Caoutchouc”

20/08/2012 1 commentaire

Notre première rencontre avec les créations de Marzio Fiorini s’est faite à la boutique du Musée d’Art Moderne de Rio de Janeiro. Exposés, ses bijoux de PVC à la texture de caoutchouc…intriguent. Portés, ils séduisent. Très vite, nous l’avons contacté. En réponse, l’artiste nous a conviés à assister au défilé de sa dernière collection « Tutti Frutti »…avant de nous parler de son travail. Rencontre avec un créateur doué et innovant, que l’on surnomme au Brésil « l’homme caoutchouc ».

 

Les BRASILEIROS : Marzio, quelle est votre histoire ?

Marzio Fiorini : Je suis italo-brésilien, né à Petrópolis, la ville impériale de l’Etat de Rio de Janeiro.

J’ai toujours été très curieux et fasciné par l’esthétique. Depuis très jeune, je suis passionné par la mode. Peut-être est-ce génétique, puisque mon grand-père italien, Pompilio Fiorini, était tailleur, un artiste dans une famille qui en comptait déjà de nombreux. J’ai commencé à travailler très jeune, pour la marque Company à 18 ans dans un premier temps, avant de créer en 1986 ma propre griffe : Empório Fiorini.

A l’occasion d’une collection de chemises, dont l’une d’entre elles nécessitait trente boutons, j’ai souhaité différentes couleurs du même modèle de bouton. Comme je ne trouvais pas sur le marché ce que je souhaitais, j’ai décidé de les créer en caoutchouc. Le résultat fut incroyable. Une véritable innovation qui a non seulement surpris beaucoup de gens quand ils les touchaient, mais qui a également été le déclencheur de ma passion pour cette matière.

 

Les BRASILEIROS : Quand est née la marque “Marzio Fiorini” ?

M.F. : Après ma première expérience avec la marque “ Emporio Fiorini”, je me suis rendu compte que mon œil s’attachait toujours aux détails.

Pour toutes les collections que j’ai créées, j’ai toujours adoré imaginé les accessoires pour composer les « looks ». Et, de là, j’ai découvert que le caoutchouc me permettrait de me distinguer dans le monde…Après un long travail de recherche de deux années, j’ai présenté ma première collection de bijoux en caoutchouc en janvier 2001.

 

Les BRASILEIROS : Utiliser le PVC pour des bijoux est un concept totalement avant-gardiste et novateur. Quelles nouvelles possibilités et quels secrets avez-vous découvert dans cette matière ?

M.F. : Un artiste + du PVC = aucune limite pour créer !

 

 

Les BRASILEIROS : Dans votre prochaine collection de l’été 2013, vous utilisez d’autres matériaux que le PVC comme des pendentifs de métal, d’argent ou des anneaux d’aluminium…le PVC ne suffisait plus ?

M.F. : Le caoutchouc continue à être mon matériel de prédilection. Ces éléments que j’utilise dans ma nouvelle collection s’ajoutent, mais sans aucune obligation. En tant qu’artiste, je suis libre !

 

 

Le défilé de la COLLECTION ÉTÉ 2013 de Marzio Fiorini, c’est ici :

 

Les BRASILEIROS : On vous appelle l’« Homme-caoutchouc»…Ce sont les médias qui vous ont donné ce surnom ?

M.F. : Oui, ce sont les médias brésiliens qui m’ont appelé ainsi au lancement de ma marque et j’ai adoré !!! Je me sens comme un “HOMME-CAOUTCHOUC” !

Les BRASILEIROS : Vous travaillez vos collections comme en Haute-Couture…combien en faites-vous chaque année ?

M.F. : Je fais deux collections par an et de plus petites, commémoratives, comme pour le Jour des Amoureux, la Fête des Mères et le Jour de l’An.

 

 

Les BRASILEIROS : D’une manière générale, qu’est-ce qui vous inspire ?

M.F. : Tout ce qui m’entoure !

 

Les BRASILEIROS : Qui sont vos clients dans le monde ?

M.F. : Mes clients sont des gens qui apprécient le design, connaissent l’art, et veulent une pièce exclusive et signée.

 

 

Les BRASILEIROS : Vos bijoux sont présentés dans de nombreuses boutiques de musées d’art contemporain (MOMA à San Francisco, Musée d’Art Contemporain de Chicago, Centre George Pompidou à Paris, Whitney Museum et American Art Museum à New York, MAM à Rio de Janeiro et São Paulo)…C’est une consécration pour vous ?

M.F. : Oui, bien sûr ! C’est une étape importante et une grande reconnaissance pour mon travail.

 

Les BRASILEIROS : Vos bijoux ne sont distribués que dans des boutiques multi-marques dans différents pays. Vous ne souhaitez pas avoir votre propre point de vente ?  

M.F. : Je veux ouvrir un «  flag store », mais ce n’est pas encore le moment. Pour l’instant, c’est ma stratégie.

 

Les BRASILEIROS : Quels sont vos prochains projets professionnels ?

M.F. : Développer ma collection « Home » (NDLR : accessoires de décoration pour la maison) et beaucoup d’autres nouveautés qui sont encore des secrets !!!

 

 

© Propos recueillis par Laurence de Raphelis-Soissan pour Les BRASILEIROS

 

 

 

 

 

 

Mots-clés : , , ARTS & CULTURE
Un commentaire to “Bijoux : Marzio Fiorini, “L’Homme-Caoutchouc””
  1. Leliane says:

    Marzio, est un homme trés amoureux pour son travail, ses criations sont super!! Je te desire mon ami beaucoup du bonheur toujours!! Leliane á Rio de Janeiro.

Laisser un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire)